Contribution de la technologie à une meilleure qualité d’air

Un article datant de 2019 publié par le journal indien « Telegraph » indique en chiffres que « la pollution de l’air à Londres a dépassé les niveaux de Pékin à un moment donné », et que Sadiq Khan, le maire de Londres, avait commenté en disant que « l’air sale » était devenu une « crise sanitaire ».

L’article examine ensuite le rôle des poêles à bois dans les niveaux élevés de pollution. Bien qu’il faille examiner en priorité les facteurs individuels qui contribuent aux problèmes de la mauvaise qualité de l’air, nous devrions sans doute être plus nombreux à évoquer et à songer aux solutions potentielles qui sont développées pour aider à combattre et à réduire cette « crise sanitaire ».
Nous sommes tous conscients que vivre vert c’est vivre plus propre et les technologies de pointe qui sont développées et qui contribueront à une meilleure qualité d’air participent déjà à ce changement environnemental. Regardons cela de plus prés.

Les voitures électriques pour une meilleure qualité d’air

meilleure qualité d'air L’un des principaux facteurs de pollution de l’air sont les émissions de CO2 par les voitures qui fonctionnent à l’essence ou au diesel. Personne ne sait avec exactitude combien de voitures sont utilisées sur les routes du monde entier, mais pour donner un aperçu du problème, un rapport de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie suggère que l’émission de CO2 des véhicules neuf en France est de 112 g/km en 2019, sachant qu’en 2016, plus de 88,1 millions de voitures et de petits véhicules commerciaux ont été vendus dans le monde.

Bien entendu, nous savons déjà qu’Elon Musk & Cie développent des technologies pour lutter contre ce phénomène et contribuer à une meilleure qualité d’air. La voiture électrique existe depuis un certain temps déjà et les ventes explosent. Recode, le célèbre site dédié aux nouvelles technologies, a publié en 2019 un article intitulé « Tesla vaut maintenant plus que Ford après avoir livré un nombre record de voitures pour un seul trimestre ». Une info qui réjouira tous ceux et toutes celles qui se préoccupent de la pollution de l’air.

Une industrie plus propre

La principale source de polluants atmosphériques et des gaz à effet de serre n’est autre que l’industrie. Les usines et les raffineries polluent l’air par le biais des émissions de combustibles fossiles qui contiennent du dioxyde de carbone, du méthane et du protoxyde d’Azote. Il en résulte non seulement une baisse de la qualité de l’air, mais aussi un appauvrissement de la couche d’ozone, des pluies acides et un changement climatique. Qu’est-ce qui est donc fait pour atténuer ces effets sur notre planète ?

Les éoliennes et l’énergie solaire font partie des formes d’énergie renouvelable qui sont utilisées pour remplacer les combustibles fossiles, mais elles ne sont pas la seule stratégie mise en place. Il est indispensable d’appliquer ces méthodes dans les endroits qui dépendent encore des combustibles fossiles compte tenu du fait qu’il y a du chemin à faire pour assurer la pérennité de ces environnements-là en particulier.

Systèmes de contrôle pour une meilleure qualité d’air

meilleure qualité d'air Les entreprises qui fournissent des systèmes de contrôle de la pollution de l’air jouent un rôle essentiel dans la réduction des émissions de particules.

Ces systèmes agissent comme une sorte de purificateur d’air géant à filtre, en retenant à la source les éléments nocifs et indésirables des émissions produites par les installations industrielles.

Plusieurs types de systèmes sont disponibles, notamment le contrôle des odeurs, la capture et la récupération de contaminants, ainsi que les systèmes de contrôle de la qualité de l’air. Ce type de technologie est à saluer, car une approche globale est nécessaire pour aller de l’avant et aider à réduire voire résoudre le problème en question.

Production alimentaire et emballage

Plusieurs questions liées à la production et à l’emballage des aliments sont à l’origine de la pollution atmosphérique et du débat sur l’environnement. L’élevage de bétail, par exemple, est l’un des secteurs régulièrement cités comme ayant un impact majeur en raison de la quantité d’eau qu’il nécessite, de la pollution due aux rejets d’origine animale et de l’utilisation des sols. Ces questions ainsi que les implications liées à la consommation de viande et de produits laitiers provenant de ces élevages ont vu naître la culture végane chez un très grand nombre de personnes à travers le monde, dans l’espoir de rétablir quelque peu l’équilibre.

L’emballage des aliments est toutefois le domaine dans lequel la technologie peut avoir un impact significatif. Le développement de la technologie dans ce domaine permettra de prolonger la durée de conservation des aliments et de les fabriquer à partir de matériaux écologiques, l’extrait de pépins de pamplemousse n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Programmes gouvernementaux et environnementaux

L’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sont des organes exécutifs qui ont été créés pour aider à protéger la santé humaine et l’environnement en instaurant et en appliquant des règlements basés sur les lois du congrès. L’AIE a été créée après la crise pétrolière pour répondre aux besoins des organisations énergétiques qui en ont résulté. Il existe de nombreuses autres organisations qui s’occupent séparément de questions différentes plus ou moins liées à une meilleure qualité d’air, comme l’UICN, qui travaille dans le domaine de la conservation de la nature et de l’exploitation durable des ressources naturelles. Il existe également plusieurs organisations non gouvernementales qui s’occupent de gestion de l’environnement, de campagnes, de la défense et de la conservation de la nature.

Habitats passifs

meilleure qualité d'air Contribuer à promouvoir une meilleure qualité d’air et être respectueux de l’environnement, ce n’est pas seulement s’attarder sur nos petites habitudes, c’est aussi voir de plus près l’espace ou nous vivons et là aussi, la technologie en faveur d’un environnement plus sain est abondante.

Construire des maisons « passives », c’est utiliser la technologie pour construire une maison étanche à l’air qui laisse très peu, voire pas du tout, de chaleur s’échapper et ne laisse pas entrer d’air froid. Des systèmes de ventilation de pointe sont utilisés à la place pour réguler l’air à l’intérieur de la maison.
Si l’on ajoute à cela les dernières technologies en matière d’énergie solaire, certaines maisons peuvent consommer très peu. Mais le plus important est la très faible empreinte carbone de ce type d’habitat. Pas celle des poêles à bois !

Notre mode de vie et les perspectives que nous avons en tête, aussi bien pour nous-mêmes que pour les autres est la vraie clé qui ouvrira les solutions aux problèmes de pollution de l’air et aux autres problèmes environnementaux.
La recherche de moyens pour y parvenir en utilisant la technologie et en changeant notre comportement est née d’une perspective renouvelée et d’une détermination à prendre soin de notre foyer collectif : la planète terre. Les organismes gouvernementaux et non gouvernementaux travaillent en permanence pour aider à combattre et à réduire ces problèmes, mais il y a toujours de petites choses que nous pouvons faire au quotidien pour aider à réduire et à maintenir les niveaux de pollution de l’air au minimum.