Qu’est-ce que la qualité de l’air ?

La « qualité de l’air » fait référence à l’état de l’air dans notre environnement. Une bonne qualité de l’air se rapporte au degré de propreté, de pureté et d’absence de polluants tels que les particules dangereuses, la fumée, la poussière et le smog, entre autres impuretés gazeuses dans l’air. La qualité de l’air est déterminée par l’évaluation de divers indicateurs de pollution. Un air exempt d’impuretés est une condition nécessaire pour préserver un bon équilibre biologique de la vie sur terre pour les humains, les plantes, les animaux et les ressources naturelles. Une certaine dégradation de sa qualité, au contraire, est une menace pour ces espèces vivantes.

Une mauvaise qualité de l’air peut par exemple affecter ou nuire à la santé humaine et à l’environnement. La qualité de l’air peut être se dégrader naturellement ou artificiellement. Les causes naturelles comprennent les éruptions volcaniques, les poussières des tempêtes de vent. Les sources anthropiques comprennent la pollution des véhicules en marche, les gaz toxiques des usines, les centrales à charbon, la combustion de bois ou d’autres matériaux en plein air ainsi que les décharges. Ces deux sources peuvent affecter sérieusement la qualité générale de l’air et peuvent entraîner de graves problèmes de santé pour l’homme.

Comment la qualité de l’air se dégrade-t-elle ?

qualité de l'air La qualité de l’air se dégrade à cause des émissions quotidiennes provenant de différentes sources de pollution atmosphérique. Il s’agit notamment de sources fixes telles que les centrales électriques, les infrastructures des industries (usines, fonderies…etc.), la combustion de bois et de charbon ; de sources mobiles telles que les camions, les bus, les avions et les voitures ; et de sources naturelles telles que les éruptions volcaniques et la poussière des tempêtes de vent comme évoqué précédemment. La qualité de l’air se mesure en fonction de trois facteurs : la quantité de polluants, le taux de leur émission dans l’atmosphère et la durée pendant laquelle les particules polluantes sont piégées dans une zone donnée.

Qu’est-ce est émis dans l’air ?

Les sources citées plus haut émettent un large éventail de polluants classés dans différentes catégories, notamment le dioxyde de soufre (SO2), les hydrocarbures (HC) et les composés organiques volatils (COV), le plomb, le dioxyde de carbone (CO2) et le monoxyde de carbone (CO), les oxydes d’azote (NOx) et autres particules. Le smog peut être le résultat d’un mélange de ces polluants. Dans la plupart des régions, la fumée, la poussière et les autres polluants provenant des usines, des centrales électriques et des véhicules en particulier autour des zones urbaines et industrielles, sont des facteurs de dégradation notables.

La plupart de ces polluants atmosphériques se présentent sous forme de gaz, mais certains sont de très petites particules solides, comme la poussière, la fumée ou la suie. Elles sont appelées particules fines et ultra-fines. La pollution atmosphérique provenant de diverses sources peut également affecter l’air intérieur. Pour cette raison, l’élimination des polluants de l’air intérieur via des appareils comme les assainisseurs d’air peut améliorer la qualité de votre environnement. Ces polluants-là comprennent la fumée de cigarette, les moisissures, les acariens, les squames des animaux domestiques, le formaldéhyde, les composés organiques volatils (COV) et le gaz radon.

Si les polluants atmosphériques se trouvent dans une zone où la circulation de l’air est bonne, ils se mélangeront à l’air et se disperseront rapidement. Les polluants atmosphériques ont tendance à rester dans l’air lorsque certaines conditions, comme des vents légers ou des montagnes, limitent leur transport vers d’autres régions plus lointaines. Lorsque cela se produit, les concentrations de polluants peuvent augmenter rapidement.

Comment améliorer la qualité de l’air ?

qualité de l'air Avec tous ces polluants toxiques dans l’atmosphère, prendre un bol d’air frais comme on aime tant devient de moins en moins simple. En raison de l’augmentation du nombre de véhicules et d’usines, la qualité de l’air est passée de mauvaise à pire au cours des dernières décennies. Chaque année, des millions de personnes dans le monde entier meurent à cause de l’inhalation de gaz toxiques présents dans l’atmosphère. Il existe plusieurs mesures que nous pouvons prendre pour améliorer la qualité de l’air, non seulement pour nous, mais aussi pour les générations futures. Si elles ne sont pas prises en temps voulu et de manière appropriée, la détérioration de la qualité de l’air peut causer de graves dommages à l’ensemble de l’écosystème de la planète.

Gérer les émissions des véhicules

Dans le but d’améliorer la qualité de l’air, la lutte contre les émissions des automobiles est une des priorités retenues. La meilleure façon de réduire les émissions à des niveaux locaux est de commencer par réduire le nombre de véhicules en circulation et d’utiliser des véhicules plus propres. Les secteurs des transports et de l’urbanisme sont les premiers concernés dans la mesure où ils sont directement liés à ce problème-là. De nos jours, les trajets sont devenus plus courts et plus abordables grâce à l’introduction de trains électriques rapides et d’autres formes de transport public moins onéreuses.

En favorisant les transports en commun, il est facile de réduire le trafic des autres véhicules. La réduction de la pollution atmosphérique peut également être réalisée par la réduction de la vitesse, favoriser l’utilisation de voitures électriques/hybrides, une meilleure gestion du trafic et l’instauration de restriction d’accès vers certaines zones. C’est notamment le cas d’un quartier dans la ville d’Utrecht au Pays-Bas qui prévoit de réserver les routes pour les vélos et les tramways uniquement. Les habitants possédant d’autres véhicules pourront les laisser à l’extérieur du quartier. Grâce à cela, le CO2, le plomb, la fumée et les particules en suspension provenant des émissions du trafic routier peuvent être considérablement réduits, améliorant ainsi la qualité de l’air. Outre l’utilisation de véhicules plus propres et des transports en commun, l’utilisation de carburants verts est également une bonne alternative.

Lutte contre les émissions industrielles

qualité de l'air Les usines et les entreprises du secteur industriel sont une autre préoccupation majeure en matière de pollution de l’air. Les industries sont les plus grandes sources de pollution de l’air car elles émettent quotidiennement un grand nombre de polluants. Par conséquent, le monde est confronté à un grand défi environnemental : les pluies acides, l’appauvrissement de la couche d’ozone et le réchauffement climatique.

Des dispositifs de contrôle de l’air comme les catalyseurs de dioxyde de titane constituent des moyens efficaces de réduire la pollution atmosphérique en absorbant ou en détruisant les émissions toxiques et les contaminants des industries et de l’automobile. Ils sont réalisés par l’installation de dispositifs de contrôle des particules dans les flux d’échappement des voitures par exemple. Installés dans les usines depuis les années 1980, les catalyseurs de dioxyde de titane réduisent la pollution en absorbant les émissions toxiques.

D’autres dispositifs de contrôle sont utilisés, par exemple : les précipitateurs électrostatiques ou électrofiltres, les appareils appelés « cyclone », les absorbeurs-neutralisateurs et les filtre à manches.

Établissement de politiques et de plans d’action pour la qualité de l’air

L’amélioration de la qualité de l’air nécessite également une série de directives, de soutiens et d’initiatives visant à réduire les émissions non seulement au niveau local, mais aussi au niveau international. Les agences locales, nationales et internationales de protection de l’environnement doivent travailler main dans la main pour garantir le respect des niveaux de qualité de l’air fixés.

C’est un engagement qui ne peut être réalisé que par un plan d’action environnemental efficace, des stratégies et des politiques visant à relever les défis qui découlent de cette pollution atmosphérique. Par exemple, les programmes de CAFE (Clean Air for Europe) et EPA (Agence américaine de protection de l’environnement) ont fixé des normes pour limiter la pollution atmosphérique et ont abouti depuis à une nouvelle directive pour un air propre et de qualité. Établies il y a une dizaine d’années, ces directives ont réussi à mettre en place des objectifs et des normes d’émission pour la qualité de l’air.

Les objectifs fixés

qualité de l'air Les objectifs sont fixés de façon à ce que toutes sortes de polluants atmosphériques doivent être réglementés, limités à un niveau standard et gérées dans le cadre des défis à relever. Dans les situations difficiles, des délais de mise en conformité doivent être instaurés et respectés. Ainsi, la création de directives de plans d’action similaires à celles de CAFE, de l’EPA ou de toute autre agence de protection de l’environnement peut constituer une avancée formidable en matière d’amélioration de la qualité de l’air.
Les efforts de réduction de la pollution de l’air peuvent également impliquer des stratégies d’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de planification des transports. L’adoption de ces stratégies peut permettre d’évaluer les causes profondes de la pollution de l’air et de mettre en place des mesures pour résoudre les problèmes à la source.

En conséquence, des politiques et des programmes environnementaux de lutte contre la pollution atmosphérique peuvent être mis en place pour traiter les questions relatives à la qualité de l’air en tant que facteur ayant un impact direct sur la santé humaine et l’environnement.

Rassembler et assembler pour l’environnement

La réduction des émissions contribuant à la mauvaise qualité de l’air, au changement climatique et à l’appauvrissement de la couche d’ozone nécessite un effort de collaboration et un engagement à long terme. Pour faire partie de cette solution, la société, les individus, les entreprises, les infrastructures industrielles et les autorités gouvernementales doivent travailler en équipe afin d’obtenir des résultats positifs pour un environnement plus sain et plus durable.

En général, les sources, les causes et les impacts d’une mauvaise qualité de l’air sont liés. Cela signifie aussi que résoudre un problème de qualité de l’air peut résoudre en partie d’autres problèmes de pollution en général. Par exemple, la réduction de l’utilisation de l’azote dans l’industrie de l’ammoniac atténue l’effet de serre mais aussi la pollution des sols car ces ingrédients se retrouvent dans les engrais.